L’ischémie aiguë des membres est une maladie classée urgence médico-chirurgicale. En effet, la pathologie met en jeu le pronostic du membre touché (20 à 35 % de mortalité) en cas de retard thérapeutique.

L’hypoxie tissulaire, qui résulte de la diminution brutale et critique de l’apport sanguin en oxygène, peut conduire à une amputation. Et dans le cas où la prise en charge a été très tardive, elle peut même causer le décès du patient. Mais alors, comment reconnaître et traiter cette maladie ?

De quoi s’agit-il réellement ?

L’ischémie est un trouble dû à une interruption brutale de la circulation sanguine dans un organe ou une partie du corps.
Cette diminution de l’apport sanguin prive les cellules de l’oxygène dont elles ont besoin et entraîne leur nécrose. On parle d’ischémie aiguë des membres quand l’insuffisance artérielle aiguë touche spécifiquement les membres.
Cette pathologie peut avoir différentes causes. Cependant, selon les spécialistes, elle est engendrée par trois principaux mécanismes.

  • L’embolie cruorique

L’embolie cruorique désigne une oblitération brutale d’un axe artériel. L’artère étant obstruée, la circulation du sang est bloquée entraînant une ischémie.

  • La thrombose aiguë artéritique

Dans ce cas-ci, c’est l’axe vasculaire principal qui est oblitéré.

  • L’embolie sur artère pathologique

Ce dernier cas de figure met en scène les deux précédents mécanismes. Ce trouble est assez fréquent chez les personnes âgées. Il est en général dû à l’évolution de la maladie athéromateuse (plaque d’athérome ulcérée).

Il convient de noter que la pression artérielle systémique, l’abondance de la circulation collatérale et la qualité du réseau artériel sont d’autres facteurs déterminants.

Comment se manifeste l’ischémie aiguë des membres ?

L’ischémie aiguë des membres peut se manifester de deux façons. La première est qualifiée de sensitivo-motrice. Le patient souffre d’une douleur intense et brutale. Il est pâle et froid.
La pathologie fait qu’il éprouve des sensations d’endormissement du membre par moments. Dans certains cas, le problème peut directement engendrer une impotence fonctionnelle et un manque de sensations cutanées.

L’ischémie aiguë est non sensitivo-motrice quand elle est caractérisée par l’absence de signes neurologiques. La personne souffre de tous les symptômes déjà cités précédemment.
Mais outre ces signes révélateurs, on peut constater une anesthésie cutanée ou une paralysie de la totalité du membre (ou d’une partie).

Qu’en est-il du traitement ?

Après l’angiographie qui sert à diagnostiquer l’ischémie, le spécialiste évaluera la gravité de la situation. La décision concernant le traitement à appliquer résultera de cette estimation.
Des mesures médicales (anticoagulants, analgésiques et vasodilatation) peuvent être adoptées afin de désagréger le caillot sanguin bloquant la circulation.

Si le pronostic du membre touché est engagé, l’opération chirurgicale sera nécessaire pour enlever l’obstacle artériel. Après la revascularisation, la chirurgie de reconstruction par pontages et certaines techniques endovasculaires, l’oblitération devrait être levée. Dans le cas où la pathologie s’est aggravée, l’amputation peut être inévitable.

Il se peut que le médecin détecte un ICM (ischémie critique chronique des membres). Le traitement pour ce genre de trouble est avant tout préventif.
L’objectif est de favoriser et de maintenir la circulation sanguine. La pratique d’une activité physique régulière et le contrôle permanent de l’hypercholestérolémie et du diabète seront prescrits.